Stéphane Lhomme
Communiqué du 1er septembre 2006

Election municipale dès le 8 octobre :
le Préfet déroule le tapis rouge pour Juppé

En fixant le 1er tour des élections municipales au 8 octobre, le préfet de la Gironde a clairement déroulé le tapis rouge pour M. Juppé dont, de notoriété publique, il est proche politiquement.
A peine plus d'un mois de campagne électorale, c'est une véritable honte.

Pourtant, le préfet peut fixer la date des élections dans un délais de 3 mois après la démission collective de la majorité. Il pouvait donc fixer les élections municipales à la fin novembre, après les vacances scolaires. Au pire, il pouvait fixer le premier tour au 15 octobre. Alors pourquoi le 8 ?
La réponse est simple : pour déposséder les citoyens de la possibilité de débattre sur le fond :

- pourquoi, en France, on peut encore être élu après avoir été condamné pour "prise illégale d'intérêt" ?
- pourquoi le supposé "homme providentiel" Alain Juppé a-t-il accumulé les échecs à Bordeaux (annulation du marché du tramway, de l'attribution des Capucins, annulation de l'arrêté anti-bivouac, de l'attribution de l'église St-Eloi aux intérgristes, etc) ?

Il est donc nécessaire que les citoyens se mobilisent, lors des "grand-messes" électorales que ne manquera pas d'organiser M. Juppé, pour dénoncer le naufrage de la démocratie à Bordeaux, la pitoyable démission collective de la majorité UMP-UDF, et la collaboration du préfet aux projets juppéistes.

Stéphane Lhomme


Bordeaux-Juppé